Prévenir les chutes chez la personne âgée

Chutes chez les personnes âgées
Risques de chutes chez les seniors

Une chute peut avoir de graves conséquences sur long terme chez un senior. La prévention des chutes chez la personne âgée est donc essentielle, en particulier dans le cadre du maintien à domicile. Nous avons listé ici tous les conseils à connaître pour prévenir la chute et ses conséquences chez la personne âgée.

Les risques liés aux chutes des personnes âgées

Si la prévention des chutes chez la personne âgée est un sujet d'importance capitale, c'est bien parce que la chute comporte des risques qu'il ne faut pas sous-estimer.

Une mauvaise chute peut entrainer des conséquences qui peuvent diminuer sérieusement le niveau d’autonomie d’une personne âgée :

  • Conséquences traumatiques : fractures qui fragilisent le senior et mettent du temps à se résorber.
  • Conséquences psychomotrices : mobilité réduite, sédentarisation et mauvaise posture, qui peuvent créer des problèmes musculaires et articulaires.
  • Conséquences psychologiques : perte de confiance en soi et anxiété pouvant mener à la dépression et à l’isolement.

Passé le cap des 70 ans, ou plus tôt si nécessaire, chaque chute doit faire l’objet d’une visite chez le médecin et d’un suivi attentif afin de réduire au maximum les complications pouvant survenir. Plus la prise en charge est rapide, plus la période de convalescence est courte.

Il est également primordial d’identifier la ou les causes de la chute afin de prévenir tout risque de récidive.

Senior : la cible la plus concernée par la prévention des chutes

En règle générale, plus une personne est âgée plus le risque de chute est important et plus les conséquences sont dramatiques.

Mais certains facteurs peuvent accentuer ce risque :

  • Les troubles moteurs ou diminution des capacités physiques, altérant par exemple la marche ou le sens de l’équilibre.
  • Les troubles sensoriels qui touchent généralement la vue et/ou l’ouïe.
  • Les affections neurologiques causées par exemple par une maladie comme Parkinson.
  • L’hypotension orthostatique, soit une pression artérielle qui baisse lors de changements de position trop fréquents.
  • La prise de médicaments, dont les effets secondaires peuvent diminuer le temps de réaction ou les capacités sensorielles.

Vivre seul vous expose également plus au risque de chute car vous serez seul pour effectuer vos tâches quotidiennes et vous ne pouvez pas demander d’aide lorsque celles-ci sont difficiles. De plus, en cas de chute, vous ne serez pas forcément dans la capacité de demander de l’aide.

Comment prévenir les chutes chez la personne âgée ?

Il existe différentes solutions pour prévenir le risque de chute, dont certaines qui ne vous demanderont aucun investissement financier. Vous pouvez également prendre conseil auprès d’une association comme la Fédération SOLIHA, Solidaires pour l'habitat ou l’ANIL (l’Agence nationale pour l’information sur le logement).

Aménager le logement du senior

Dans le cadre du maintien à domicile, le risque de chute est souvent dû à un mobilier non adapté à la perte de mobilité des seniors, ou à des installations devenues trop difficiles à utiliser au quotidien.

Afin de vous aider à réaliser plus facilement vos tâches quotidiennes et ainsi vous éviter tout mouvement à risque, vous pouvez réaménager votre domicile :

  • Réorganisez vos rangements : mettez à portée de main les objets et produits que vous utilisez quotidiennement et retirez les objets lourds des étagères les plus hautes, pour éviter qu’ils ne vous blessent en tombant.
  • Assurez-vous que toutes vos ampoules sont en état de fonctionnement et ajoutez des luminaires dans les lieux passants si besoin, en particulier dans les escaliers ou les endroits exigus.
  • Retirez ou cachez les câbles et fils d’appareils qui sont sur votre passage.

Vous pouvez aussi investir dans quelques accessoires et appareils plus adaptés :

  • Installez des tapis antidérapants dans votre baignoire ou votre douche, mais également devant vos lavabos et éviers.
  • Fixez des barres murales dans votre salle de bain et une rampe dans vos escaliers, même si vous n’avez que quelques marches.
  • Portez des pantoufles et non des mules, en vérifiant que la semelle est antidérapante.

N’hésitez pas à demander de l’aide à un proche voire ou un professionnel pour procéder à ces changements.

S’équiper d’une téléalarme

Si vous vivez seul, cette solution est particulièrement bien adaptée.

Vous pouvez souscrire à un service de téléassistance qui vous équipera d’une téléalarme au poignet ou au cou :

  • Elle vous permet d’une seule pression de demander de l’assistance.
  • Ainsi en cas de chute, si vous êtes loin de votre téléphone ou dans l’incapacité de vous relever vous pouvez bénéficier d’une aide rapide et adaptée.

La téléassistance pour personne âgée est particulièrement conseillée si vous vivez seul(e), car vous pourriez avoir du mal à contacter les secours en cas de chute.

Les aides pour financer votre projet

Pour vous aider dans le financement des aménagements de votre domicile les plus coûteux, vous pouvez déposer une demande aux organismes suivant :

  • L’ANAH (Agence nationale de l’habitat) : cette aide est destinée aux personnes âgées ayant des revenus modestes et souhaitant améliorer des habitations datant de plus de 15 ans. Elle permet par exemple l’installation d’un monte-escalier ou de remplacer une baignoire standard par une baignoire à porte.
  • Votre région, département ou commune peut prendre en charge des travaux d’aménagement. Le montant et les conditions de cette aide varient en fonction de votre collectivité territoriale.
  • L’assurance retraite (CNAV) propose un plan d’action personnalisé pour améliorer le bien-être des personnes âgées dans leur logement.
  • La Caisse d’Allocations Familiales (CAF) peut accorder un prêt pour vous aider à financer votre projet.

Vous pouvez aussi bénéficier d’un crédit d’impôt si vous êtes imposable pour l’installation de certains équipements.

Partagez cet article: